Fédération de la Gironde

Fédération de la Gironde
Accueil
 
 
 
 

Halte à la guerre, Paix et démocratie en Syrie!

HALTE A LA GUERRE

PAIX et DEMOCRATIE EN SYRIE

 

21 septembre

journée internationale de la Paix

ONU résolution 55/282

En cette journée internationale pour la paix, nous pensons au peuple syrien qui vit le drame d'une guerre, où chaque jour qui passe est un jour de deuil et de souffrance.

 

L'usage d'armes chimiques a fait franchir un nouveau pas dans l'horreur.

Il faut mettre un terme à cette tragédie. Mais il n'y a pas de solution militaire à la guerre syrienne.

L'opinion internationale, la voix des peuples américain, européen, français ont fait reculer les menaces de bombardements annoncées par Obama et Hollande. La logique de guerre peut être stoppée.

Le poids de l'opinion a créé les conditions de la signature de l'accord russo-états-unien pour la mise sous contrôle international et la destruction de l'arsenal chimique syrien.

C'est cette voie diplomatique qu'il faut poursuivre pour dénouer une crise où le peuple est à la fois l'otage des intérêts des grandes puissances, de leurs alliés régionaux et victime du régime criminel de Bachar Al Assad. Il subit aussi les violences des groupes djihadistes. Le PCF est solidaire des démocrates et progressistes syriens.

La tenue d'une conférence de paix pour la Syrie, pour une transition démocratique dans ce pays, est la seule solution et les autorités françaises doivent s'engager pour sa tenue et sa réussite, et abandonner leur velléité guerrière.

Car la guerre n'a jamais amené la démocratie nulle part au monde.

 

Les politiques de puissance, de domination, de prédation sont facteurs de tensions et une menace pour la paix.

Pour relever les défis d'aujourd'hui, le monde a besoin de coopération, d'échange et de solidarité.

Pour construire un monde de paix, la nécessité s'impose d'un engagement résolu en faveur du désarmement nucléaire et de la lutte contre la prolifération de toutes les armes de destruction massive, en s'attaquant aux causes des tensions. Le règlement politique des conflits et la concertation doivent devenir la règle dans le cadre du droit international.

C'est l'objectif du Parti communiste français de travailler, avec tous les progressistes, à ce nouveau monde de paix, de justice et de solidarité.

 

Sortir de l'OTAN

un impératif pour la paix !

La réintégration complète de la France dans le commandement militaire de l'OTAN a été décidée par Nicolas Sarkozy en 2009. Elle enferme la France dans un cadre politique et stratégique sous domination complète des États-Unis, et dans une conception des relations internationales fondée sur la logique de force et les interventions militaires, au détriment de la voie politique et diplomatique. La France apparaît, désormais, comme un supplétif des États-Unis qui restent la principale puissance mondiale, s'érigeant en gendarme du monde avec les résultats que l'on connaît…

Les impasses dans lesquelles ont conduit toutes les interventions militaires récentes, montrent que notre politique de sécurité et de défense doit être repensée en profondeur, avec en priorité un retrait de la France de l'OTAN, et une action déterminée pour la dissolution de cette organisation. La France doit agir pour pour un nouvel ordre international, à l'opposé de la logique de puissance qui prévaut au sein de l'OTAN : pour des relations internationales démilitarisées et dénucléarisées, pour une résolution politique des conflits, dans un cadre multilatéral et dans le respect du droit, des principes et des buts de la Charte de l'ONU, seul cadre international légitime.

La France est membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, dont la première responsabilité est le maintien de la paix et de la sécurité internationale. Dans cette position, elle a les moyens d'agir ! La France se grandirait, et sa voix regagnerait en crédibilité, si au lieu de jouer les va-t-en-guerre, elle œuvrait pour un monde de paix, de solidarité, de coopération entre les peuples. En particulier, la France doit s'engager dans un processus de désarmement nucléaire multilatéral et contrôlé, tel que le prévoit le Traité de Non prolifération nucléaire, et soutenir le projet de traité d'interdiction des armes nucléaires.

La question est cruciale : il y va de la vie d'êtres humains et de la garantie de notre souveraineté et indépendance nationale.

 

 

La Fédération de Gironde du PCF vous invite

à signer la pétition lancée par le journal l'Humanité:

NON à l'intervention militaire de la France en Syrie: SIGNEZ LA PETITION

 

La Fédération de Gironde du PCF s'associe à l'appel lancé par le Mouvement de la Paix et l'Appel des Cent pour la Paix : Non à l'intervention armée en Syrie

Non à la participation de la France. Solidarité avec les forces de paix de justice et de démocratie en Syrie.

 

Appel du Mouvement de la Paix:

L’escalade proposée par le Président Hollande n’est pas la bonne issue.

Le Mouvement de la Paix condamne fermement l’utilisation d’armes chimiques. Par leurs luttes, les peuples ont gagné la Convention sur l'interdiction des armes chimiques, signée le 13 janvier 1993, qui interdit la mise au point, la fabrication, le stockage et l'usage des armes chimiques.

Avant même les conclusions de la mission de l’ONU, seule habilitée à mener une telle enquête sur l’utilisation des armes chimiques, la France, les USA et leurs alliés membres de l’OTAN, déclarent avoir des certitudes. Si preuves il y a, ils ont la responsabilité de les transmettre à l’ONU. Envisager une intervention militaire en dehors des Nations Unies, malgré le risque conséquent d’un embrasement de toute la région, consiste à se poser en « juges et gendarmes du monde », à alimenter le cercle infernal des logiques de guerre et de violence en négligeant l’intérêt des peuples.

Il y a deux ans, un soulèvement citoyen pacifiste exigeait plus de démocratie et de progrès social en Syrie. Le régime syrien de Bachar El Assad a répondu par une répression féroce refusant toute possibilité de dialogue et provoquant l’escalade d’une guerre civile dans laquelle se sont engouffrées des puissances et des forces politiques régionales (Iran, Turquie, Arabie Saoudite, Qatar, Hezbollah…) et permettant aux militants les plus radicaux rescapés des interventions militaires en Irak, Afghanistan, Libye, Mali de se mettre au service des uns ou des autres.

Le bilan est effroyable pour le peuple syrien : plus de 100 000 morts, 4 millions de déplacés qui ont tout perdu, 1 500 000 exilés, et un pays dévasté. Aujourd’hui cette crise syrienne est devenue une crise géopolitique où chacun défend ses intérêts dans la région. Prétextant un blocage au Conseil de sécurité de l’ONU de la part de la Chine et de la Russie, les puissances occidentales membres de l’OTAN n’ont pris aucune initiative pour résoudre politiquement ce conflit. Ainsi le plan incarné par Kofi Annan en a fait les frais. La structuration de la société syrienne rendait nécessaire un processus long de concertations, rendu possible par la présence d’observateurs en nombre, permettant d’assurer une évolution vers plus de démocratie. Dans ce contexte, l’utilisation de forces de paix non violentes sous l’égide de l’ONU, aurait pu le permettre. Au lieu de cela, les antagonismes ont été entretenus, voire même alimentés, et les horreurs de la guerre civile ont affaibli les possibles recours. C’est ainsi que la perspective odieuse d’une intervention armée, en contradiction totale avec l’intérêt des peuples, peut aujourd’hui nous être présentée comme indispensable. L’indispensable pour la population est de vivre en sécurité, de se nourrir, de s’instruire, d’être soigné dans de bonnes conditions et de pouvoir s’exprimer en toute liberté. Or tout cela, la guerre l’interdit. Loin d’être la solution, elle ne bénéficierait qu’aux marchands d’armes.

Le Mouvement de la Paix dénonce catégoriquement l’argument, relayé à l’unisson par les médias, d’une guerre indispensable. En Syrie comme ailleurs, ce qui est nécessaire c’est la Paix comme socle d’une société humaine se conformant aux engagements pris en 1998 par la communauté internationale dans le cadre de l’adoption de la culture de paix et de la non-violence.

Le Mouvement de la Paix demande au gouvernement français de renoncer à l’emploi des forces armées, de faire respecter le droit international et de prendre toutes les initiatives politiques possibles pour obtenir un cessez-le-feu. Le Mouvement de la Paix demande la reprise du plan de Kofi Annan avec des moyens humains renforcés pour parvenir à une transition démocratique en Syrie et permettre une stabilisation de la région.

Il appelle les citoyens, les ONG de notre pays à se rassembler et à développer toutes les actions collectives marquant le refus d’une intervention militaire. Les premiers rassemblements sont prévus le jeudi 29 août à Paris, Toulouse et Marseille.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
fédération de la Gironde : 15 rue Furtado 33800 Bordeaux telephone : 05 56 91 45 06 mail : gironde.pcf@gmail.com