Fédération de la Gironde

Fédération de la Gironde
Accueil
 
 
 
 

Des centaines de personnes rassemblées contre la hausse de la TVA à Bordeaux

Nous étions plusieurs centaines, entre 300 et 500 personnes réunies samedi 30 novembre à Bordeaux contre la hausse de la TVA au premier janvier. Nous devrions atteindre les 2000 signatures de la pétition contre la hausse de la TVA ce week-end.

Voici le texte de mon intervention :

Nous sommes aujourd’hui rassemblés pour nous élever contre la politique fiscale du gouvernement, contre les injustices sociales qu’entraîne la politique du gouvernement en matière fiscale et budgétaire, contre l’austérité, les licenciements.

Mais ce n’est pas de l’impôt qu’il faut libérer notre peuple, mais de la finance. C’est elle, qui étouffe l’économie et le développement des solidarités. C’est elle qui dicte aux gouvernements de toute l’Europe ses politiques d’austérité. Elle étouffe les budgets des Etats, celui des collectivités, elle étouffe les salaires, elle étouffe les emplois, les solidarités. Elle n’a qu’une seule vue, celle de ses intérêts propres : dégager des marges de plus en plus grandes quitte à sacrifier l’outil industriel et les économies locales et nationales.1424313_627272770666728_716234708_n

Non, nous n’attendons pas qu’elle se moralise, ni qu’elle rende une part infime des bénéfices colossaux qu’elle engrange mais que ce gouvernement accepte de l’affronter comme le président de la république en a fait la promesse durant sa campagne. Or, c’est tout le contraire qui est en train de se passer !

Non à la hausse de la TVA !

La hausse de la TVA au premier janvier pénalisera d’abord et avant tout le pouvoir d’achat des ménages. La TVA que chacun de nous paye dès qu’il ou elle achète quelques chose représente 16% du budget d’un travailleur payé au SMIC, il ne représente plus que 6% du revenu d’un salarié qui gagne plus de 100 000 euros par an. Cette TVA ne touche pas les revenus du capital et très peu les revenus du patrimoine ou de l’immobilier.

1475944_10152043948148291_1776620498_nSi nous sommes là aujourd’hui c’est d’abord et avant tout pour exiger du gouvernement l’abandon de cette hausse au premier janvier qui en pénalisant le pouvoir d’achat, pénalise la croissance, la reprise économique. Cette mesure est impopulaire, et il n’existe pas de majorité pour la soutenir ! Au contraire nous pensons qu’une majorité existe pour des mesures de justice sociale qui prennent l’argent là ou il est.

Pourquoi alors cette hausse ? Pour financer le crédit impôt compétitivité c’est à dire de nouveaux cadeaux au patronat en contrepartie de très hypothétiques créations d’emplois. C’est un marché de dupes. 1000 plans sociaux ont eu lieu cette année, plusieurs centaines de milliers d’emplois ont disparu, dans l’industrie et dans la grande distribution. Les postes de fonctionnaires continuent de diminuer. Même si le nombre de chômeurs a diminué pour ceux qui n’ont pas d’emploi du tout dans la dernière période, ils continue d’augmenter pour ceux qui ont vécu ces derniers mois une période de chômage partiel.

Si nous sommes là aujourd’hui c’est pour dire à ce gouvernement, arrêtez, arrêtez de satisfaire les exigences d’actionnaires et de rentiers qui n’apporte en retour que la misère, les bas salaires, le temps partiel imposé, la casse du code du travail et des solidarités.

Si nous sommes là aujourd’hui c’est pour dire à l’Union Européenne, arrêtez, arrêtez de soutenir l’insoutenable en menant tous les peuples européens au recul de société avec des politiques d’austérité qui étranglent tout.

Face à cette colère, Le premier ministre a lancé cette semaine ses consultations pour une remise à plat du système fiscal.

Si nous sommes là aujourd’hui c’est pour dire que nous ne nous contenterons pas de quelques ajustements ou effets d’annonce.

Oui, Il faut une véritable réforme fiscale dans notre pays, pas pour préserver les intérêts particuliers de quelques uns mais pour au contraire permettre à l’ensemble de la société d’avancer vers le progrès social avec une plus juste répartition des richesses.

1456059_10152043950833291_505623898_nSi nous sommes là aujourd’hui, c’est pour la justice fiscale, la justice sociale !

Oui à une réforme fiscale de progrès !

Des milliards dorment dans les poches des grands groupes et des grands patrons.

60 milliards échappent à la redistribution dans l’évasion et la fraude fiscale : il faut un véritable plan de lutte contre cette fuite des richesses produites par le monde du travail et de la création.

180 milliards échappent à l’impôt à cause des exonérations de cotisations patronales. Il faut une remise à plat complète pour rebâtir un impôt sur les sociétés qui inverse le rapport des forces entre les richesses qui partent dans les poches des actionnaires et celles qui sont réinvesties dans l’économie réelle, l’activité économique utile, les salaires, l’emploi, la formation.

Un nouveau mode de développement respectueux des hommes et de l’environnement est à inventer, il passe par une réforme fiscale de l’impôt des sociétés moderne, utile et efficace pour cela.

Il faut rendre plus progressif l’impôt sur les revenus et imposer les plus riches ! Il faut rendre progressif la taxe d’habitation qui est l’un des impôts les plus injustes qui soit.

Il faut réinventer un impôt économique local qui fasse participer les grands groupes aux efforts d’aménagement du territoire que réalisent les collectivités locales. Juppé et Sarkozy ont supprimé la taxe professionnelle, la gauche doit la réinventer !

1426218_10152043949803291_1044340104_nPour tout cela il faut un vrai débat public. Pour le Parti communiste, ce débat nous allons le mener dans les mois qui viennent avec des ateliers législatifs pour une reforme fiscale de progrès.

Le 3 décembre à Libourne sur la fiscalité, le 16 à Cenon sur le coût du capital, deux débats sont programmés sur ce thème et nous en mènerons d’autres dans tout le département.

1500, nous sommes 1500 signataires de la pétition contre la hausse de la TVA, nous pouvons doubler, tripler, décupler ce nombre dans les semaines qui viennent. Et pour cela, et puisque le premier ministre et le président consultent, écrivons leur en leur adressant cette carte pétition !

 

- See more at: http://www.sebastienlaborde.fr/2013/12/01/rassemblement-contre-hausse-tva-plusieurs-centaines-bordeaux-30-novembre/#sthash.h5qzsq0y.dpuf

Nous étions plusieurs centaines, entre 300 et 500 personnes réunies samedi 30 novembre à Bordeaux contre la hausse de la TVA au premier janvier. Nous devrions atteindre les 2000 signatures de la pétition contre la hausse de la TVA ce week-end.

 

L'intervention de Sébastien Laborde:

Nous sommes aujourd’hui rassemblés pour nous élever contre la politique fiscale du gouvernement, contre les injustices sociales qu’entraîne la politique du gouvernement en matière fiscale et budgétaire, contre l’austérité, les licenciements.

Mais ce n’est pas de l’impôt qu’il faut libérer notre peuple, mais de la finance. C’est elle, qui étouffe l’économie et le développement des solidarités. C’est elle qui dicte aux gouvernements de toute l’Europe ses politiques d’austérité. Elle étouffe les budgets des Etats, celui des collectivités, elle étouffe les salaires, elle étouffe les emplois, les solidarités. Elle n’a qu’une seule vue, celle de ses intérêts propres : dégager des marges de plus en plus grandes quitte à sacrifier l’outil industriel et les économies locales et nationales.

Non, nous n’attendons pas qu’elle se moralise, ni qu’elle rende une part infime des bénéfices colossaux qu’elle engrange mais que ce gouvernement accepte de l’affronter comme le président de la république en a fait la promesse durant sa campagne. Or, c’est tout le contraire qui est en train de se passer !

Non à la hausse de la TVA !

La hausse de la TVA au premier janvier pénalisera d’abord et avant tout le pouvoir d’achat des ménages. La TVA que chacun de nous paye dès qu’il ou elle achète quelques chose représente 16% du budget d’un travailleur payé au SMIC, il ne représente plus que 6% du revenu d’un salarié qui gagne plus de 100 000 euros par an. Cette TVA ne touche pas les revenus du capital et très peu les revenus du patrimoine ou de l’immobilier.

Si nous sommes là aujourd’hui c’est d’abord et avant tout pour exiger du gouvernement l’abandon de cette hausse au premier janvier qui en pénalisant le pouvoir d’achat, pénalise la croissance, la reprise économique. Cette mesure est impopulaire, et il n’existe pas de majorité pour la soutenir ! Au contraire nous pensons qu’une majorité existe pour des mesures de justice sociale qui prennent l’argent là ou il est.

Pourquoi alors cette hausse ? Pour financer le crédit impôt compétitivité c’est à dire de nouveaux cadeaux au patronat en contrepartie de très hypothétiques créations d’emplois. C’est un marché de dupes. 1000 plans sociaux ont eu lieu cette année, plusieurs centaines de milliers d’emplois ont disparu, dans l’industrie et dans la grande distribution. Les postes de fonctionnaires continuent de diminuer. Même si le nombre de chômeurs a diminué pour ceux qui n’ont pas d’emploi du tout dans la dernière période, ils continue d’augmenter pour ceux qui ont vécu ces derniers mois une période de chômage partiel.

Si nous sommes là aujourd’hui c’est pour dire à ce gouvernement, arrêtez, arrêtez de satisfaire les exigences d’actionnaires et de rentiers qui n’apporte en retour que la misère, les bas salaires, le temps partiel imposé, la casse du code du travail et des solidarités.

Si nous sommes là aujourd’hui c’est pour dire à l’Union Européenne, arrêtez, arrêtez de soutenir l’insoutenable en menant tous les peuples européens au recul de société avec des politiques d’austérité qui étranglent tout.

Face à cette colère, Le premier ministre a lancé cette semaine ses consultations pour une remise à plat du système fiscal.

Si nous sommes là aujourd’hui c’est pour dire que nous ne nous contenterons pas de quelques ajustements ou effets d’annonce.

Oui, Il faut une véritable réforme fiscale dans notre pays, pas pour préserver les intérêts particuliers de quelques uns mais pour au contraire permettre à l’ensemble de la société d’avancer vers le progrès social avec une plus juste répartition des richesses.

Si nous sommes là aujourd’hui, c’est pour la justice fiscale, la justice sociale !

Oui à une réforme fiscale de progrès !

Des milliards dorment dans les poches des grands groupes et des grands patrons.

60 milliards échappent à la redistribution dans l’évasion et la fraude fiscale : il faut un véritable plan de lutte contre cette fuite des richesses produites par le monde du travail et de la création.

180 milliards échappent à l’impôt à cause des exonérations de cotisations patronales. Il faut une remise à plat complète pour rebâtir un impôt sur les sociétés qui inverse le rapport des forces entre les richesses qui partent dans les poches des actionnaires et celles qui sont réinvesties dans l’économie réelle, l’activité économique utile, les salaires, l’emploi, la formation.

Un nouveau mode de développement respectueux des hommes et de l’environnement est à inventer, il passe par une réforme fiscale de l’impôt des sociétés moderne, utile et efficace pour cela.

Il faut rendre plus progressif l’impôt sur les revenus et imposer les plus riches ! Il faut rendre progressif la taxe d’habitation qui est l’un des impôts les plus injustes qui soit.

Il faut réinventer un impôt économique local qui fasse participer les grands groupes aux efforts d’aménagement du territoire que réalisent les collectivités locales. Juppé et Sarkozy ont supprimé la taxe professionnelle, la gauche doit la réinventer !

Pour tout cela il faut un vrai débat public. Pour le Parti communiste, ce débat nous allons le mener dans les mois qui viennent avec des ateliers législatifs pour une reforme fiscale de progrès.

Le 3 décembre à Libourne sur la fiscalité, le 16 à Cenon sur le coût du capital, deux débats sont programmés sur ce thème et nous en mènerons d’autres dans tout le département.

1500, nous sommes 1500 signataires de la pétition contre la hausse de la TVA, nous pouvons doubler, tripler, décupler ce nombre dans les semaines qui viennent. Et pour cela, et puisque le premier ministre et le président consultent, écrivons leur en leur adressant cette carte pétition !

 

Notre pétition a déjà recueilli plus de 1500 signatures.

Partout où elle a été proposée, elle recueille un grand succès.
 

 

Le 1er janvier prochain la TVA sera augmentée. Cette hausse est destinée à financer le crédit impôt compétitivité qui montre déjà ses limites.

 

1000 plans sociaux ont été annoncés en 2013, le chômage, la casse de l'emploi industriel continuent.

 

Alors qu'il faudrait une véritable réforme de la fiscalité qui mette à contribution les revenus du capital pour réorienter les richesses produites vers l'emploi et la satisfaction des besoins.

 

Alors que les mesures proposées apparaissent comme profondément injustes aux yeux d'une part de plus en plus grande de la population dont le niveau de vie n'a cessé depuis 18 mois de se dégrader.

 

Ce gouvernement s'entête dans sa politique d'austérité, injuste et inefficace.

 

iL EST GRAND TEMPS DE SE METTRE EN MOUVEMENT

 

L'abandon de la hausse de la TVA serait un premier geste adressé à l'ensemble de la population et permettrait d'ouvrir un véritable débat populaire sur le financement de l'action de l'Etat et des solidarités.

 

Ce n'est pas de trop d'impôts dont souffre notre pays, mais d'impôts trop injustes pour les salariés, les retraités et les catégories populaires.

 

- coût pour les ménages de la hausse de la TVA : 7 milliards

 

- fraude et évasion fiscale : 60 milliards

 

- exonérations de cotisations des grandes entreprises : 200 milliards

 

Le PCF appelle toutes celles et ceux qui veulent un changement de cap, qui veulent en finir avec l'austérité et les licenciements, qui veulent de véritables mesures de justice sociale, une réforme fiscale clairement à gauche à se mobiliser et à se rassembler pour ensemble donner de la voix et faire la démonstration qu'une majorité existe dans ce pays pour une politique de gauche, une politique de progrès social et démocratique.

 

RASSEMBLEMENT

pour la justice fiscale, la justice sociale

et contre la hausse de la TVA

 

2000 signatures! - Signez la pétition contre la hausse de la TVA et pour une justice fiscale et sociale!

Déjà 2000 SIGNATURES...

 

Pour la justice fiscale,
pour la justice sociale !

Dès maintenant il faut lutter contre l’évasion fiscale, faire réellement contribuer le capital au financement des budgets de la nation, et de la protection sociale.

Il faut remettre à plat les exonérations de cotisation sociale accordées au patronat.

J’appelle le gouvernement à ne pas augmenter la TVA au premier janvier.

D’autres solutions existent pour engager une véritable réforme de la fiscalité, plus juste, progressive, dynamique !

 

SIGNEZ LA PETITION!

 

Des centaines de personnes rassemblées contre la hausse de la TVA à Bordeaux

Télécharger la pétition contre la hausse de la TVA, pour une justice fiscale!

Déjà 2000 SIGNATURES...

 

Pour la justice fiscale,
pour la justice sociale !

Dès maintenant il faut lutter contre l’évasion fiscale, faire réellement contribuer le capital au financement des budgets de la nation, et de la protection sociale.

Il faut remettre à plat les exonérations de cotisation sociale accordées au patronat.

J’appelle le gouvernement à ne pas augmenter la TVA au premier janvier.

D’autres solutions existent pour engager une véritable réforme de la fiscalité, plus juste, progressive, dynamique !

 

SIGNEZ LA PETITION!

le 15 November 2013

     
    fédération de la Gironde : 15 rue Furtado 33800 Bordeaux telephone : 05 56 91 45 06 mail : gironde.pcf@gmail.com