Fédération de la Gironde

Fédération de la Gironde
Accueil

Projection / Rencontre autour du film "Les FTP-MOI dans la Résistance" de Mourad Laffitte

le 20 March 2015

Projection / Rencontre autour du film

Dans le cadre de l'exposition "Grandir après la shoah" présentée jusqu'au 27 mars à l'Espace Niemeyer ( siège du Parti communiste ) projection du film de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia "Les FTP-MOI dans la Résistance" en présence des réalisateurs.

 

Bande annonce du documentaire "Les FTP MOI dans la résistance" from Laffitte Mourad on Vimeo.

 

Projection / Rencontre

Jeudi 26 mars 2015 à 18h30

Espace Niemeyer - Siège du PCF

2 place du Colonel Fabien 75019 Paris

Métro Colonel Fabien

 

Grandir après la Shoah - Exposition jusqu'au 27 mars. Pour en savoir plus : c'est ICI

 

Déces de Paulette Kriegel Valrimont : "une des grandes figures de la Résistance" (Pierre Laurent)

Par Pierre Laurent, le 23 February 2015

Je salue la mémoire de madame Paulette Kriegel Valrimont, grande résistante. Son engagement est indissociable de celui de son mari, Maurice Kriegel Valrimont.

Sous l’Occupation, Paulette Kriegel l'avait accompagné à Lyon où tous deux s’étaient engagés dans la Résistance. Elle avait organisé avec Lucie Aubrac l’évasion de dirigeants de la Résistance emprisonnés à Lyon par Klaus Barbie.

Elle reste à jamais l'une des grandes figures de la Résistance et représente l'importance de la place des femmes dans les mouvements de Résistance. Elle resta fidèle toute sa vie à son engagement en permettant la transmission des valeurs, et des objectifs de ces mouvements.

A sa famille, je présente au nom des communistes français et en mon nom toutes nos condoléances, et toute notre admiration pour Paulette Kriegel Valrimont.

 

Pierre Laurent

Décès Henri Martin : La France a perdu l'un de ses plus valeureux et généreux fils (Pierre Laurent)

le 17 February 2015

Décès Henri Martin : La France a perdu l'un de ses plus valeureux et généreux fils (Pierre Laurent)

C'est avec une profonde tristesse que j'apprends la disparition d'Henri Martin. C'est une grande figure de la lutte anti-coloniale, de l'engagement et du combat pour l'émancipation qui s’éteint aujourd'hui. Le PCF est en deuil et pleure la mort de celui qui donna un nom et un visage à son combat contre la guerre d'Indochine.

 

C'est à 17 ans, à peine sorti du maquis, qu'Henri, engagé dans la Marine, fut appelé en Indochine. La réalité coloniale qu'il découvre alors tourne résolument le jeune résistant aux côtés du peuple vietnamien dans la lutte contre le colonialisme et pour l'indépendance, et pour l'honneur de la France et de ses valeurs républicaines.

 

Son engagement lui valut la prison militaire de 5 ans de réclusion pour « agitation politique illégale ». Des centaines de milliers de Français parmi lesquels des grands artistes, d'Eluard à Picasso, ou de grands intellectuels comme Jean-Paul Sartre ont scandé « Libérez Henri Martin ! » et ce slogan a longtemps résonné en moi qui n'étais encore qu'un enfant.

Libéré après trois années d'emprisonnement, Henri Martin a continué à conjuguer sa vie avec son militantisme. Malgré des désaccords, il fut toute son existence fidèle à son engagement communiste.

 

Sa disparition provoque une profonde tristesse ; les communistes ont perdu l'un des leurs mais c'est d'abord la France, notre pays, qui a perdu l'un de ses plus valeureux et généreux fils, et le Vietnam l'un de ses plus fidèles et loyaux amis.

 

En cette triste journée, toutes mes pensées vont à sa famille et à ses proches. Avec les communistes, je m'incline devant la mémoire d''Henri Martin dont l'engagement aura donné voix et force à celui des générations de militants pour la paix, contre le colonialisme et pour l'amitié entre les peuples.

 

Le PCF a ouvert un livre d 'or dans ses locaux, place du Colonel Fabien, pour saluer la mémoire de ce grand militant.

Léon Zyguel : Un exemple de courage et d'humanité (Pierre Laurent)

le 30 January 2015

Léon Zyguel : Un exemple de courage et d'humanité (Pierre Laurent)

J'ai appris hier, le décès de Léon Zyguel. Sa disparition est une très grande perte pour la France et pour son histoire.

Victime de la déportation, il était un témoin de ce que fut le nazisme et ses horreurs. Cette semaine, il témoignait encore dans l'Humanité à l'occasion du 70ème anniversaire de la libération des camps.

Léon travaillait pour la mémoire, pour la justice et pour la dignité de tous les êtres humains.

C'est ainsi qu'à Montreuil, là où il vivait, il mettait un point d'honneur à transmettre, à partager et à convaincre de la nécessité d'une société plus juste, débarrassée du racisme et de l'antisémitisme.

Militant communiste, Léon va manquer à nos coeurs et à l'eveil de nos consciences.

A sa femme, Arlette, à ses enfants, à ses proches, aux militants communistes montreuillois-e-s,et à toutes celles et ceux qui voyaient en lui un exemple de courage et d'humanité, je voudrais dire ma peine et présenter mes condoléance.

Décès de Simone Rossignol : « Un femme d'engagements et de passions »

le 21 December 2014

Décès de Simone Rossignol : « Un femme d'engagements et de passions »

Nous avons la douleur d’apprendre le décès de notre camarade Simone Rossignol, ancienne maire de Bègles.

Simone était une femme d’engagements et de passions, attachée à la justice, à la paix et à la fraternité. Son engagement a d’abord été un engagement pour sa ville ouvrière de Bègles pour laquelle elle fut conseillère municipale dès la Libération. Aux côtés de militants communistes, socialistes, chrétiens et de tous horizons, elle a participé à la reconstruction de cette ville minée par la guerre et endeuillée par ceux que la Gestapo et la police française avaient fusillé à Souge ou envoyé en déportation. Parmi ceux là, il y avait son frère Georges et son père.

 

Ses engagements avaient débuté avec l’Union des Femmes Française (UFF) avec laquelle, dans son quartier de Birambits, elle avait organisé la solidarité pour les enfants de la République espagnole. Puis, dans les années 1950, c’est auprès des femmes des cheminots en grève qu’elle mène des combats marquants. C’est d’ailleurs au contact du syndicat CGT des Cheminots qu’elle fera la rencontre de son second mari, Georges Rossignol, résistant lui aussi et figure marquante du syndicalisme en Gironde.

Auprès du maire René Duhourquet, elle met sa détermination au service de la commune en tant qu’adjointe puis, en qualité que maire, de 1971 à 1984. Elle fut ainsi la première femme maire de l’agglomération bordelaise.

 

Lucide sur son parcours, elle était fière des réalisations de cette municipalité communiste, notamment en matière de logement, d’équipements pour la petite enfance et les personnes âgées et d’équipements culturels et sportifs. Le sport, qui comptait au nombre des passions familiales héritée de son père rugbyman et transmise à ses enfants et petits-enfants.

Dans ce domaine comme dans d’autres, elle combattait la main-mise de l’argent-roi. C’est ainsi qu’elle avait conclu son livre-mémoire parût en 2008 par cette phrase : « Je fais confiance aux jeunes et je suis sûre que dans l’union et la lutte ils trouveront des solutions pour empêcher les tenants de l’argent de continuer à nuire ».

 

Forts de l’expérience d’une si grande femme, les communistes girondins et béglais sont décidés à poursuivre dans cette voie, avec le même esprit de résistance, le même souci du rassemblement et le même espoir de justice. Et c’est une grande peine qu’ils partagent aujourd’hui avec sa famille et tous ceux qui ont eu le bonheur et l’honneur de la connaître et la côtoyer.

 

Nous adressons à ses enfants et petits enfants, à l'ensemble de sa famille nos sincères et fraternelles condoléances.

Décès de Raymond Aubrac : réaction de Pierre Laurent

Par Pierre Laurent, le 11 April 2012

Décès de Raymond Aubrac : réaction de Pierre Laurent

 

C'est avec une immense tristesse que j'apprends la disparition de Raymond Samuel, dit Raymond Aubrac, l'une des plus grandes figures de la Résistance française et des luttes anti-coloniales. Avec son épouse Lucie, Raymond demeurera pour notre peuple et les générations à venir une source inépuisable d'inspiration dans les combats pour l'émancipation, la justice, la liberté, l'égalité et la fraternité.
Une franche et loyale amitié liait les communistes français à Raymond Aubrac. Nous l'aimions pour sa droiture, sa générosité et, surtout, sa douceur et sa foi en l'espèce humaine. Nous pleurons l'un des nôtres.

En cet instant, mes pensées se tournent vers sa famille, son petit-fils Renaud, ses proches pour leur dire que je partage leur peine.

Lise London n'est plus...

Par Pierre Laurent, le 01 April 2012

Lise London n'est plus...

Notre camarade Lise London n'est plus. Une femme exceptionnelle n'est  plus. (Lise London est décédée le 31 mars 2012)

Née en 1916, à Montceau-les-Mines, de parents espagnols, Élisabeth  Ricol était dotée d'un esprit d'une acuité rare qu'elle mit au service  du combat pour l'émancipation humaine et contre la barbarie et  l'injustice.

Jeune sténodactylographe aux usines Berliet de Vénissieux, Lise  s'engage très tôt au Parti communiste français qui, dès 1934, la  missionna auprès du siège du Komintern, à Moscou, où elle fit la  rencontre de Dolorès Ibarruri, La Pasionaria, future secrétaire  générale puis présidente du Parti communiste espagnol, mais aussi  d'Artur London, un communiste tchèque qui allait devenir l'amour de sa  vie et son deuxième époux, après Auguste Delaune. De ce séjour,  exaltant, Lise garda cependant un goût plus qu'amer au spectacle  humiliant et tragique des purges staliniennes, ne pouvant savoir  qu'elle y serait elle-même confrontée quelques années plus tard, dans  un tout autre contexte, en Tchécoslovaquie.

À son retour en France, à l'été 1936, Lise travaille comme secrétaire  auprès du responsable de la MOI (Main-d’œuvre immigrée, section  rattachée au comité central du PCF). Elle prend une part active à la  mise en place des Brigades internationales de solidarité avec les  Républicains espagnols, à Paris, puis à Albacete, au quartier général  des Brigades internationales, auprès d'André Marty.

Ce fut un combat fondateur pour Lise et sa génération. À chacune de  nos rencontres, je retrouvais en elle l'être libre, toujours aussi  droit et digne, avec, dans les yeux, toute la tendresse et toute la  force qui ont été siennes au long de son existence. Les épreuves  traversées, les combats menés, n'ont fait que renforcer son humanité.  Et grâce à elle, le monde fut à chaque fois un peu meilleur.

Rejointe à Paris par son époux, en février 1939, et jeune maman d'une  fille née en février 1938, Lise est des premières à s'engager, sous  les ordres d'Henri Rol-Tanguy, dans la Résistance, devenant capitaine  des Francs-Tireurs et Partisans (FTP). Poursuivie par l'Occupant pour  « assassinat, association de malfaiteurs et activités communistes »,  Lise est arrêtée en août 1942 par la police française. Elle donne  naissance à son fils en prison à La Petite Roquette, puis après un  passage à Fresnes et à la prison de Rennes, elle est livrée aux  Allemands pour être déportée au camp de concentration de Ravensbrück.  Elle s'y lie d'amitié avec Danielle Casanova et tant d'autres femmes  qui n'en reviendront jamais. Les conditions inhumaines du camp de  concentration, celles infligées aux membres de sa famille entière –  son père, son frère eux aussi emprisonnés et à son mari, Artur, lui  aussi déporté – n'auront pas raison d'elle. A La libération, Artur et  Lise s'installent en Tchécoslovaquie qui doit se reconstruire ; Artur  entre au gouvernement comme vice-ministre des Affaires étrangères.

L'épreuve qui les attendait en Tchécoslovaquie de 1951 à 1956 fut des  plus tragiques. À ses procureurs staliniens, elle déclara : « J’étais,  je suis et je resterai communiste, avec ou sans carte du Parti ». Sa  résistance à la folie stalinienne prenant pour cible les anciens  Brigadistes, et la solidarité des communistes français alertés par  Raymond Guyot, auront raison de la terreur stalinienne. Libéré, Artur  est enfin réhabilité en 1956. Revenus en France en 1963, le pays  qu'ils ont libéré du nazisme et de la Collaboration, le pays qui a vu  naître leurs enfants, Françoise et Michel, ils ne la quitteront plus.

« Ouvrez grands les yeux, ne vous laissez pas enfermer dans les  certitudes, n’hésitez pas à douter, battez-vous contre les injustices,  Ne laissez pas la perversion salir les idéaux communistes. Soyez vous- mêmes », dira notre camarade Lise London à ceux qui l'interrogeaient  encore sur son engagement communiste présent.

« Ouvrez grands les yeux... soyez vous-mêmes » – Chère Lise, en  chérissant ta mémoire, nous serons fidèles à ton injonction.

27 mai, Angicourt - Inauguration de la plaque donnant le nom « Lucienne Fabre-Sébart » à l'école

le 15 May 2019

27 mai, Angicourt - Inauguration de la plaque donnant le nom « Lucienne Fabre-Sébart » à l'école

Hommage à Lucienne Fabre-Sébart lundi 27 mai à Angicourt :

 

8 mai, Beauvais - PCF Beauvaisis-« Balade des Jours heureux »

le 25 April 2019

À l'occasion de l'anniversaire de la capitulation du nazisme en 1945, la section PCF du Beauvaisis vous invite à une balade en vélo dans le centre-ville, avec des arrêts devant les plaques de rue portant le nom de résistants :

 

« Balade des jours heureux »

mercredi 8 mai 2019 à 15 heures

départ devant la gare SNCF de Beauvais

 

20190418-CP-Agnetz-Bernard Laurent, fusillé à 20 ans pour ses idées

le 18 April 2019

20190418-CP-Agnetz-Bernard Laurent, fusillé à 20 ans pour ses idées
 
 
 
 
 
 
fédération de la Gironde : 15 rue Furtado 33800 Bordeaux telephone : 05 56 91 45 06 mail : gironde.pcf@gmail.com