Fédération de la Gironde

Fédération de la Gironde
Accueil

Résister au 21ème siècle ?

le 07 October 2011

Projection-débat : "Walter, retour en résistance"

le 22 September 2011

Projection-débat :

À l’occasion de la cérémonie des Groues à Saint Jean de la Ruelle, la Fédération du Loiret du PCF vous invite à la projection du film : WALTER, RETOUR EN RÉSISTANCE

 Mercredi 5 octobre 2011 à 18 h 30 au 5 rue Marcel Proust à Orléans.

Résistance, changement radical de conception du pouvoir et de l’humain, de l’utilisation de l’argent, du rapport à la politique...

Les questions posées par les résistants au nazisme n’ont-elles pas à voir avec nos résistances, nos luttes actuelles et la rencontre du peuple avec un nouveau projet de société

Voir la bande annonce La projection sera suivie d’un débat et d'un buffet convivial pour terminer la soirée.   La cérémonie des Groues aura lieu le Dimanche 9 Octobre à 10 h, rue de l’Aumône à Saint Jean de la Ruelle Ruelle

Disparition de Léo Figuères : message de Pierre Laurent

Par Pierre Laurent, le 03 August 2011

Disparition de Léo Figuères : message de Pierre Laurent

Je viens d'apprendre avec tristesse la disparition de notre camarade Léo Figuères, ancien maire de Malakoff. Je sais que dès l'annonce de cette nouvelle l'émotion va parcourir cette ville à laquelle son nom restera attaché et qu'il dirigea avec passion pendant trois décennies avant de passer le flambeau à Catherine Margaté. Sa voix rocailleuse nous manquera. Léo était un combattant. Engagé dès l'âge de 16 ans dans les Jeunesses communistes, Léo y prit très vite des responsabilités nationales et contribua au développement du mouvement dans le Languedoc, puis dans le Var. Après deux années passées à l'Ecole de l'Internationale à Moscou, de 1935 à 1937, Léo organisa à son retour les convois de volontaires des Brigades internationales pour la République espagnole. Appelé sous les drapeaux en octobre 1938, Léo partit pour la Corse où il assura les contacts avec le PCF et la JC avant d'entrer dans la clandestinité et de prendre, avec deux autres camarades, la direction de la JC clandestine et du mouvement de Résistance dans le Sud.Co-fondateur de l'Union de la jeunesse agricole de France avant guerre, puis de l'Union de la jeunesse républicaine de France (qui remplaça les JC) à la Libération, Léo fut un dirigeant national de l'UJRF, et notamment de son journal L'Avant-Garde pendant les nombreuses années qui furent celles des luttes anti-coloniales en particulier au Vietnam, de la solidarité anti-impérialiste et du mouvement pour la paix. Léo fut membre du comité central du PCF de 1945 à 1976, où il travailla notamment aux côtés de Laurent Casanova, dans le cadre des semaines de la Pensée marxiste et de la création du Centre d'études et de recherches marxistes. De 1959 à 1994, il fut conseiller général de la Seine puis des Hauts-de-Seine, et maire de Malakoff de 1965 à 1996.Toute cette expérience avait forgé un tempérament entier, profondément attaché à son idéal, passionné dans ses enthousiasmes comme dans ses colères ; une riche expérience qu'il eut à cœur de partager avec ses contemporains et de transmettre aux plus jeunes dont il était toujours soucieux du sort. Au nom du Parti communiste français, j'adresse à son épouse Andrée, à ses enfants Jean-Pierre, Gilles, Claudine et Françoise, mes plus sincères condoléances. Pierre Laurent,secrétaire national du PCF

Cérémonie Polotti-Lenoir du 17 mai 2011 - Intervention de Patrice Voir

le 19 May 2011

Cérémonie Polotti-Lenoir du 17 mai 2011 - Intervention de Patrice Voir

Comme chaque 17 mai, nous voici réunis ici pour rendre hommage à Antoine Polotti et à Marco Lipzyck, dit le commandant Lenoir.   Il y a 67 ans, ici-même, était assassiné par les nazis, Antoine Polotti, George dans la Résistance. Le Commandant Lenoir, lui, sera blessé, arrêté, puis fusillé avec d'autres résistants, le 21 juillet 1944 au ravin de l'Ecureuil à Seyssinet-Pariset.   Nos camarades résistants n'acceptaient ni l'humiliation de la défaite, ni l'occupation des forces nazies, ni la politique de collaboration de Pétain.   Ils assumaient d'importantes responsabilités au Parti Communiste. Leur histoire témoigne, n'en déplaise à ceux qui n'ont de cesse que de la réécrire, du rôle joué par les communistes dès le début de l'occupation allemande, lorsque le Parti Communiste a été interdit et que ses militants et ses dirigeants ont été emprisonnés.     L'hommage que nous leur rendons est également un hommage à tous les résistants victimes de la barbarie nazie, à tous ces hommes et toutes ces femmes qui ont combattu pour la liberté, la paix, la justice et l'égalité.   Nos camarades Polotti et Lipzyck ont été tués parce qu’ils étaient communistes et résistants, parce qu'ils portaient des noms étrangers.   Comment ne pas y voir des similitudes avec la situation d’aujourd’hui.   Comment ne pas voir, sans inquiétude sérieuse, l’état de tensions dans le monde, l’accroissement phénoménal des injustices et des inégalités, l’ampleur et la profondeur de la crise économique et sociale, la montée des fanatismes et des extrémismes…   Comment  ne pas voir non plus sans graves préoccupations la remontée, en Europe notamment, de l’extrême droite, parfois relookée mais toujours aussi insidieuse. "Le ventre est encore fécond d'où est sortie la bête immonde" (Bertold Brecht : La résistible ascension d'Arturo Ui)   Il ne faut pas sous-estimer les effets des discours ambiants qui prospèrent ces temps-ci, qui s’appuient sur les peurs économiques et la colère sociale nées de la crise, qui pratiquent la stratégie du bouc-émissaire et de l’opposition des catégories sociales entre elles, et agitent la peur de l’étranger. Ces discours là se font, de fait, des relais plus ou moins avoués des idées sécuritaires, racistes et xénophobes qui font le lit de l’extrême droite… En effet depuis son discours prononcé à Grenoble en juillet dernier, le chef de l’État a transformé certaines idées du Front National en pratiques d’État, en faisant adopter des lois ou en aggravant les décrets d'application, ou encore en prononçant des discours auxquels le leader frontiste n'aurait pas changé une ligne.   Plus récemment c'est le ministre des affaires étrangères, Laurent Wauquiez qui parle de « cancer de la France », en citant de manière scandaleuse les personnes en situation de grande précarité. Il propose également de priver de protection sociale pendant 5 ans les travailleurs immigrés légaux en opposant les travailleurs français aux travailleurs étrangers ! Cette politique stigmatise la classe la plus précaire de la population.   S'ils étaient encore de ce monde que penseraient nos camarades Antoine Polotti et Marco Lipzyck de ces atteintes répétitives à la République ? Que penseraient-ils de la perte récurrente des acquis sociaux pour lesquels ils ont donné leur vie ? Que penseraient-ils de la montée de l'Extrême droite ? Quand nous évoquons les résistants, plutôt que de nous interroger sur ce que nous aurions fait dans cette période, demandons-nous ce qu'ils feraient aujourd'hui. En guise de réponse, le 8 mars 2004, treize vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France libre lançaient un "Appel aux jeunes générations" dénonçant notamment "la remise en cause du socle des conquêtes sociales de la Libération". Cette tendance régressive s'accélère dramatiquement. Nombre de citoyennes et de citoyens s'en indignent. Réunis samedi sur le plateau des Glières, haut-lieu de la résistance, en Haute-Savoie, des vétérans de la lutte contre l'Occupation ont lancé un appel aux candidats à la présidentielle de 2012 afin de ranimer les idéaux de la Libération. Comment retrouver l'esprit des réformes politiques de 1944 ?   Bien plus qu'une leçon de courage, Antoine Polotti et Marco Lipzyck nous ont donné un exemple de civisme, ils nous ont ouvert, comme tous les autres résistants, le chemin du respect des droits de l'homme.   A nous de reprendre le flambeau de ce combat aujourd'hui.

Décès de Raphaël Konopnicki : réaction du PCF

le 17 February 2011

Décès de Raphaël Konopnicki : réaction du PCF

Le PCF s'incline devant la mémoire de Raphaël Konopnicki qui a su porter haut les valeurs de liberté et de fraternité tout au long de son existence. Le syndicaliste, le militant politique engagé des 1934 dans la lutte antifasciste, deviendra le grand résistant communiste Édouard Voisin pendant l'occupation. L'homme n'aura eu de cesse de se battre pour la paix et l'émancipation humaine.

Le PCF adresse aujourd'hui ses sincères condoléances à sa famille et à tous ses proches.

 
 
 
 
 
 
fédération de la Gironde : 15 rue Furtado 33800 Bordeaux telephone : 05 56 91 45 06 mail : gironde.pcf@gmail.com